FORMATION POUR LES PRESIDENTS DES COMMISSIONS ET LES PRESIDENTS DES GROUPES PARLEMENTAIRES

FORMATION POUR LES PRESIDENTS DES COMMISSIONS ET LES PRESIDENTS DES GROUPES PARLEMENTAIRES

Une formation des Présidents de commissions et des Présidents des groupes parlementaires en leadership est organisée le 27 au 29 octobre 2020 à Antsirabe par la Fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES).

Le but est de permettre à l’Assemblée Nationale d’assurer pleinement et efficacement ses missions qui sont de légiférer, de contrôler l’action du gouvernement et d’évaluer la politique publique.

Deux jours durant lesquels les participants bénéficieront d’une formation en leadership et autres thématiques liées à l’amélioration des rôles des Parlements, la communication avec leurs staffs et avec les autres parlementaires, à l’exercice des différents aspects de la responsabilité au sein des commissions permanentes et groupes parlementaires.

Ces Présidents de commissions et de groupes parlementaires ont également effectué des visites de courtoisie auprès des autorités locales dont le Gouverneur de la Région Vakinankaratra RAKOTOVAO Vy Vato, le Préfet Madame ANDRIATOMPONERA Nalisoa Voahanginirina et le Maire de la ville Monsieur RASAMIMANANA Honoré Gabriel.

Cycle de conférences virtuellles

Cycle de conférences virtuellles

Le 28 octobre à 18h30 (heure de Paris), débute un cycle de conférences virtuelles consacré aux liens entre intelligence artificielle et culture et organisé par Wallonie-Bruxelles international et l’Organisation internationale de la Francophonie.

 La première conférence intitulée “L’intelligence artificielle dans l’art et les industries culturelles et créatives ” sera retransmise sur la page Facebook  Saison Sentinelle.

 Pour obtenir plus d’informations et suivre les autres conférences prévues jusqu’en décembre, suivez l’actualité de cette page.

Assemblée Parlementaire de la Francophonie: situation en Côte d’Ivoire et dans la région de Haut-Karabakh

Assemblée Parlementaire de la Francophonie: situation en Côte d’Ivoire et dans la région de Haut-Karabakh

Présidentielle en Côte d’Ivoire : L’Assemblée parlementaire de la Francophonie appelle au calme et à la retenue

Face aux récents affrontements qui ont eu lieu dans plusieurs villes du pays dont Dabou, Bonoua et Bongouanou, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) condamne les violences intercommunautaires et appelle l’ensemble des acteurs politiques à faire preuve de responsabilité à l’approche du scrutin du 31 octobre prochain.

L’APF invite les différents partis politiques à se mobiliser pour offrir au peuple ivoirien le scrutin transparent, fiable et non-violent qu’il mérite. Les Ivoiriens ne sauraient subir les conséquences négatives d’une élection dont la seule visée est leur bien-être et leur développement.

L’APF encourage les candidats à privilégier le dialogue et le consensus pour parvenir à s’entendre sur les conditions d’organisation du scrutin avant l’élection présidentielle et garantir ainsi la tenue d’un vote serein.

 Elle continue de suivre avec la plus grande attention la situation en Côte d’Ivoire.

Affrontements dans la région du Haut-Karabakh : l’Assemblée parlementaire de la Francophonie appelle à une résolution pacifique du conflit

Le Secrétaire général parlementaire de l’APF, Jacques Krabal, ainsi que le Chargé de mission Europe, Jean-Charles Luperto, se sont entretenus avec les membres de la section arménienne, dont son président M. Hovhannes Igityan, sur la situation au Haut-Karabakh.

Ils ont exprimé leur profonde préoccupation à l’égard de ce conflit et ont condamné fermement les affrontements violents qui ont cours depuis la fin septembre, faisant de nombreuses victimes parmi la population civile.

Conformément à la Déclaration de l’APF sur les engagements de la Francophonie sur le conflit du Haut Karabakh adoptée en 2018, l’Assemblée appelle tous les acteurs à créer les conditions favorables à la résolution exclusivement pacifique du conflit dans le respect du droit international. En ce sens, elle réaffirme son plein soutien aux efforts engagés par le groupe de Minsk pour trouver une issue durable à cette crise.

À l’aube du 20e anniversaire de la Déclaration de Bamako, le Secrétaire général parlementaire a rappelé l’engagement de l’APF à agir avec détermination en faveur de la paix, du respect des droits de l’Homme et des minorités.

L’APF suivra avec la plus grande attention l’évolution de la situation dans cette région.

Ouverture de la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale

Ouverture de la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale

L’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale s’est tenue ce mardi 20 octobre 2020 à 11 heures au Centre de Conférence Internationale Ivato. Une session qui sera principalement consacrée à l’adoption de la loi de finances pour 2021, néanmoins plusieurs projets de loi, propositions de loi et de résolution seront à l’ordre du jour.

Durant son allocution, la Présidente de l’Assemblée nationale Madame Christine RAZANAMAHASOA a tenu à préciser que les prochaines élections sénatoriales n’ont rien d’illégales ni de précipitées et qu’il est important de prioriser l’intérêt général.

La Présidente Christine RAZANAMAHASOA a félicité les efforts du Président de la République pour la gestion de la pandémie du Covid19 ainsi que la concrétisation de ses « velirano ». En effet, plusieurs infrastructures au profit du développement ont été réalisées malgré les difficultés que le pays a connues cette année. Elle a mis un accent particulier sur les projets en cours pour la lutte contre la malnutrition dans le Sud de Madagascar car s’agissant d’un mal récurrent, l’actuel Président de la République est décidé à mettre en place des solutions pérennes.

Pour clore son discours, la Présidente Christine RAZANAMAHASOA a fait savoir qu’elle tient à l’effectivité d’une Assemblée nationale forte, démocratique et proche du peuple. Pour ce faire, un Plan Stratégique de Développement a été conçu dans le but d’améliorer le cadre de travail et les compétences du personnel d’appui aux parlementaires.

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie se réjouit de la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie se réjouit de la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) se félicite de la libération de Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne, ancien ministre et député, de Sophie Pétronin, humanitaire française, enlevée le 24 décembre 2016, ainsi que des deux otages italiens.

Au mois de mai, à la suite de l’annonce des résultats de l’élection législative, l’APF exprimait sa « plus vive préoccupation » quant au sort de M. Cissé. En juin, aux côtés du Parlement panafricain et de l’Union parlementaire africaine (UPA), elle publiait une tribune exhortant les autorités maliennes et parties prenantes impliquées au Mali à tout mettre en œuvre pour faciliter le retour rapide et en bonne santé de Soumaïla Cissé.

Il y a quelques semaines, à l’occasion des six mois de captivité de l’ancien candidat à l’élection présidentielle malienne, l’APF a lancé une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux. Roger Nkodo Dang, président du Parlement panafricain et Bruno Fuchs, Vice-Président de l’APF, ont pris la parole pour appeler à sa libération immédiate. Enfin, le Secrétaire général parlementaire, Jacques Krabal, s’est entretenu par visioconférence avec M. Nkodo Dang et Mohamed Ali Houmed, président de l’UPA.

L’APF et son Président, Amadou Soumahoro, saluent les efforts entrepris par les autorités maliennes et les partenaires internationaux présents au Mali pour obtenir le retour de tous les otages et se joint à la joie et au soulagement de leurs familles et de leurs proches.

L’APF souhaite que Soumaïla Cissé prenne sa part dans le processus de transition actuellement en cours au Mali et contribue au retour de la paix et de la stabilité au Sahel.

Une délégation composée de parlementaires de l’APF, du Parlement panafricain et de l’UPA devrait se rendre à Bamako dans les plus brefs délais.

Madagascar à la 47è session du Forum parlementaire de la SADC : la responsabilisation des parlements face à la Covid-19

Madagascar à la 47è session du Forum parlementaire de la SADC : la responsabilisation des parlements face à la Covid-19

Situation sanitaire oblige, c’est en visioconférence que s’est tenue l’ouverture de la 47è session de l’Assemblée plénière du Forum Parlementaire de la SADC (FP-SADC) le vendredi 9 octobre 2020. Un Forum qui a d’ailleurs pour thème « le rôle des Parlements dans le renforcement de la responsabilisation pendant une pandémie : le cas de la Covid-19 ».

Madagascar a été représenté par une délégation conduite par le Député Dr Lovanirina FIAROVANA. Les Députés de Madagascar dont le Président de la Commission de la santé publique de l’Assemblée nationale malagasy Dr Lova Herizo RAJAOBELINA, la Vice-présidente de la commission « Egalité de Genre, de la promotion de la femme et du développement de la jeunesse de la SADC » Masy GOULAMALY, et Johnny DONOVAN participent activement à cette 47è session du Forum Parlementaire de la SADC.

 

La cérémonie d’ouverture a vu les discours successifs, entre autres de la Secrétaire Exécutive de la SADC, la Dr Stergomena LAWRENCE TAX et de la Présidente du Forum Parlementaire, et non moins actuelle Présidente de l’Assemblée nationale du Mozambique Esperança BIAS. Le discours d’ouverture officielle a été prononcé par l’invité d’honneur le Pr Peter KATJAVIVI, Président de la d’Assemblée nationale de la République de Namibie, « Président hôte ».

Au menu de cette 47è session du Forum Parlementaire de la SADC, il y a entre autres le dépôt et l’adoption du Règlement intérieur spécial pour les réunions virtuelles, une modification de la Constitution du FP-SADC au sujet des adhésions, mais surtout la pandémie de COVID-19, sur ce que les Parlements peuvent faire pour assurer des interventions nationales et régionales robustes et coordonnées.

A noter que ce FP-SADC se tient pendant trois jours, du 9 au 11 octobre 2020. Le Chef de la délégation malagasy, le Dr Lovanirina FIAROVANA est prévu présenter son exposé ce dimanche 11 octobre 2020 à 10h heure locale.

 

Coopération EISA-Assemblée nationale: renforcement des compétences du personnel d’appui à la Commission des Finances et du Budget

Coopération EISA-Assemblée nationale: renforcement des compétences du personnel d’appui à la Commission des Finances et du Budget

Dans le cadre de son projet « Africa Democraty Stregthening IV », un atelier de renforcement des compétences du personnel de l’Assemblée nationale sur l’analyse de la loi de finances a été organisé par l’Institut Electoral pour une démocratie Durable (EISA) les 6, 7 et 8 octobre 2020 à Antsirabe.

Durant ces trois jours, les intervenants dont le Vice-président du Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar (CREM) Monsieur Jonah ANDRIANANTOANINA, le Professeur Andriampeno RAMILIARISON, enseignant économiste chercheur et Monsieur RANDRIAMAMPIONONTSOA Lantonirina, Conseiller des services de l’Assemblée nationale se sont penchés sur des exemples pratiques afin de former le personnel de l’administration.

Le but étant de permettre au personnel technique d’appuyer efficacement les parlementaires dans l’examen et l’analyse de la loi de finances, l’identification des questions clés et les informations pertinentes dans le projet de loi pour une meilleure lecture et appréhension de la loi de finances. La formation s’est donc concentrée sur les interventions du parlement dans la procédure d’élaboration de la loi de finance. Dès sa formulation à son examen, de son adoption à son exécution jusqu’à l’évaluation et le contrôle de celle-ci, qui sont les principaux rôles du parlement.

Chansons sans frontières lance la 15ème édition de son concours d’écriture international

Chansons sans frontières lance la 15ème édition de son concours d’écriture international

Concours international d’écriture d’un texte de chanson en français. https://www.chansons-sans-frontieres.fr/

Pour une francophonie internationale, un concours qui fait chanter la langue ! Besoin d’air, c’est le thème de la 15ème édition en lien avec Dis-moi dix mots qui (ne) manquent pas d’air ! Chansons sans Frontières est un concours international d’écriture d’un texte de chanson en français gratuit, créatif et facile d’accès, ouvert aux personnes de tous les âges et tous les pays, centré sur les droits humains et la liberté d’expression.

Le thème d’écriture : BESOIN D’AIR, envie de changer d’air, de sentir l’air du temps, de respirer un nouvel air, d’arrêter de vivre en apnée. Désir, soif d’air, besoin de retrouver sa respiration, son rythme. Besoin d’air c’est peut-être aussi la sensation d’étouffer, l’urgence de reprendre son souffle ! Mais Besoin d’air peut aussi vous emmener vers la vie au grand air, l’envie de nature, de sentir l’air pur, le vent qui souffle au dehors… il est dans l’air, ce goût pour le vert !

Que ce soit l’envie de s’envoler sur un courant d’air, de prendre l’air du large ou l’air d’ailleurs, posez vos mots sur le papier, en lien avec Dis-moi dix mots qui (ne) manquent pas d’air : Aile, Allure, Buller, Chambre à air, Décoller, Éolien, Foehn, Fragrance, Insuffler, Vaporeux

1er prix : 1 semaine en France pour 2 personnes, tous frais payés

2ème Prix : 500 €

Prix Jeune Public : 300 €

Prix Dis-moi dix mots (ouvert à tous pour un texte comportant au moins 6 des 10 mots) : 400€ + une capsule vidéo de votre texte mis en voix et en musique par un artiste reconnu

Prix Français langue maternelle : 150€

Prix Jeune Public Français langue maternelle : 100€

Date de clôture: 14 décembre 2020

Attention, le concours n’est pas ouvert aux personnes résidant en France.

Participer, c’est simple !

→ rédigez le texte d’une chanson en français autour du thème « Besoin d’air »

→ en jouant, si vous le souhaitez, avec Dis-moi dix mots qui (ne) manquent pas d’air !

→ inscrivez-vous gratuitement sur http://www.chansons-sans-frontieres.fr

→ et transmettez votre texte jusqu’au 14 décembre 2020

Conseils d’écriture, liens, modalités de participation sur : https://www.chansons-sans-frontieres.fr/le-concours/informations-et-modalites-2

Aidez-nous à diffuser le concours dans le monde, partout où il y a des amoureux de la langue française ! N’hésitez pas à télécharger et imprimer l’affiche du concours, à la partager, à l’afficher dans les salles de classe, les lieux culturels et les espaces de rencontre de votre pays et à partager aussi sur les réseaux sociaux, sur la Toile. https://www.chansons-sans-frontieres.fr/le-concours – contact@chansons-sans-frontieres.fr / 0033 231 72 26 07

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie, le Parlement panafricain et l’Union parlementaire africaine unis pour libérer Soumaïla Cissé

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie, le Parlement panafricain et l’Union parlementaire africaine unis pour libérer Soumaïla Cissé

A l’occasion des six mois de captivité du chef de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé, retenu en otage depuis le 25 mars dernier, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), le Parlement panafricain et l’Union parlementaire africaine (UPA) se sont mobilisés pour appeler à sa libération immédiate.

Le 29 septembre, le Secrétaire général parlementaire de l’APF, Jacques Krabal, a tenu à s’entretenir avec le Président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang, ainsi que Mohamed Ali Houmed, Président de l’UPA et de l’Assemblée nationale de Djibouti. Participait également à cet échange Boubacar Idi Gado, Secrétaire général de l’UPA.

Au cours de cette visioconférence, MM. Houmed, Nkodo Dang et Krabal se sont félicités de leur fructueuse collaboration et de la couverture médiatique obtenue. Ils ont également reconnu que les trois institutions devaient continuer à travailler de concert pour sensibiliser les parties prenantes maliennes et internationales sur le sort dramatique de Soumaïla Cissé. Le président du Parlement panafricain a rappelé que les forces militaires présentes au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane pouvaient avoir un rôle déterminant, en termes de renseignement, dans la libération prochaine de M. Cissé. De son côté, le Président de l’UPA a appelé de ses vœux la coordination d’une intervention politique et militaire des pays de la sous-région pour favoriser une issue heureuse à la situation.

« La libération de Soumaïla Cissé doit être une priorité pour le pouvoir en place au Mali. De notre côté, parlementaires francophones, africains notamment, nous devons faire tout notre possible pour obtenir un dénouement favorable. Nous le devons à la famille de M. Cissé, à ses militants et au peuple malien » insiste Jacques Krabal.

Les trois Assemblées ont convenu d’une visite prochaine à Paris au cours de laquelle une rencontre avec la ministre des Armées et le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères pourrait être envisagée. Un courrier commun sera envoyé à l’ensemble des acteurs concernés avec la perspective d’une mission sur place.

Forum parlementaire de la SADC: La RDC et le Malawi pour présider le comité régional sur les lois types

Forum parlementaire de la SADC: La RDC et le Malawi pour présider le comité régional sur les lois types

Par Moses Magadza

La République démocratique du Congo (RDC) et le Malawi ont été élus la semaine dernière respectivement à la présidence et à la vice-présidence du récemment institué Comité parlementaire régional de surveillance des lois types (RPMLOC) du Forum parlementaire de la SADC.

Cela a été rendu possible grâce à l’action menée par l’organe interparlementaire régional pour s’assurer que les citoyens de la région bénéficient véritablement de l’élaboration de lois régionales non contraignantes qui ont assurément un effet persuasif très puissant. Cela résulte du fait que les lois types sont élaborées conformément à la législation internationale relative aux droits de l’homme et aux meilleures pratiques internationales.

Le RPMLOC tient sa réunion virtuelle le vendredi et il élit à l’unanimité le législateur André Léon Tumba comme son président pour les deux prochaines années. La députée du Malawi, l’hon. Bertha Ndebele, triomphe de sa concurrente du Mozambique, l’hon. Jeronima Agostinho, engrangeant 60 % des votes et obtenant le poste de vice-présidente.

Le mandat du Comité consiste inter alia à surveiller la domestication des lois types de la SADC par les États membres de la SADC ; à promouvoir la sensibilisation à des enjeux spécifiques qui font l’objet des lois types en collaborant avec les autorités compétentes, des organisations œuvrant sur le plan local et au sein des communautés et le secteur privé, y compris les médias ; et à encourager les autorités compétentes des États membres et d’autres parties prenantes concernées à mettre en place un système d’information et de données fondé sur des faits avérés concernant les divers domaines thématiques, y compris une documentation sur les bonnes pratiques et l’élaboration de données ventilées sur les diverses interventions.

Dans un entretien, M. Tumba indique que le fait d’être élu aux commandes du RPMLOC compte beaucoup pour lui-même et pour la RDC.

Il déclare : « L’élection est, de toute évidence, un motif d’espoir et de fierté. Comme vous le savez, la RDC a manifesté des signes de démocratie lors de nos dernières élections générales. Nous avons assisté à une passation de pouvoir entre l’ancien président et le nouveau. Le FP SADC peut compter sur la RDC pour la faire briller. »

Il évoque son espoir que les réunions du RPMLOC soient efficacement planifiées, qu’elles soient organisées conformément à la Constitution du FP SADC et que « toutes les questions soient abordées de façon ordonnée et efficace », les membres du Comité utilisant « leurs qualités, leurs compétences et leurs connaissances » pour appuyer le travail du Comité.

M.Tumba, qui a une formation de juriste, exhorte les députés de la SADC à soutenir les efforts « pour domestiquer totalement ou partiellement » les dispositions contenues dans les lois types afin de renforcer leurs lois nationales.

Il dit : « Les législateurs peuvent suivre l’orientation spécifique indiquée dans les lois types pour créer de nouveaux ensembles complets de lois nationales qui englobent tous les domaines couverts par les lois types, tout en adaptant des dispositions pertinentes pour qu’elles conviennent aux contextes nationaux. Les organes législatifs nationaux peuvent aussi réexaminer les cadres juridiques existants et s’inspirer de différentes parties des lois types pour modifier des lois spécifiques existantes de façon à les aligner sur les normes établies par les lois types. »

Mme Ndebele déclare que son élection contribue à mieux la faire connaître et offre « une formidable opportunité pour le Malawi de bénéficier grandement » de sa participation au RPMLOC.

Elle déclare : « Les parlements et les députés doivent appuyer le suivi et la domestication des lois types en assurant la liaison avec leurs ministères compétents et en rendant compte des progrès accomplis au RPMLOC. Nous disposons de lois types qui ont été formulées mais que nous peinons à faire appliquer (ce qui représente un défi). »

La Secrétaire générale du FP SADC, Mme Boemo Sekgoma, abonde dans le même sens et évoque « un décalage important entre le droit international auquel les États membres ont souscrit, y compris à travers l’adoption de lois types, et le droit interne appliqué sur le plan national. »

Elle note : « En raison du principe du dualisme qui prévaut dans les États membres de la SADC, les dispositions juridiques adoptées sur le plan international ne sont pas appliquées sur le plan national bien que les instruments de ratification ou d’adhésion aient été dûment élaborés et déposés auprès des autorités compétentes. »

Mme Sekgoma déclare que la domestication et l’incorporation des normes juridiques sur le plan national pourraient assurer l’application et le respect de ces normes.

Elle indique que seul(e)s les président(e)s et vice-président(e)s des commissions thématiques du FP SADC et du Caucus régional des femmes parlementaires (RWPC) sont membres du RPMLOC.

Elle rend hommage aux parlements nationaux pour avoir détaché du personnel afin d’appuyer le travail du Comité.

Elle déclare à propos du potentiel du Comité : « Avec les directives et le leadership qui conviennent, le RPMLOC peut accomplir des prodiges et devenir un organe prépondérant du Forum afin de promouvoir la démocratisation et le développement socioéconomique pour la région de la SADC. »

À ce jour, le FP SADC a élaboré des lois types sur le VIH et le sida ; les élections : l’éradication du mariage des enfants et la protection des enfants déjà mariés ; et les normes minimales sur la protection des populations clés.

Mme Sekgoma annonce qu’un travail est en cours pour élaborer des lois types sur les violences sexistes ; l’économie digitale ; et la gestion des finances publiques.